Chaires et groupes de recherche

Les instances de recherche associées au Département d’histoire procurent honneur et rayonnement à l’Université de Montréal.

La réflexion sur le temps est un élément central des recherches des chaires et des groupes qui, par les travaux de leurs membres, font naître un dialogue renouvelé entre le présent et le passé.

Chaires

Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé

Titulaire : Laurence Monnais

La Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé cherche à mieux comprendre les pratiques pluralistes de santé  dans une perspective historique. Le programme de la Chaire s'articule autour de 3 volets:

  • Répertorier et analyser le contenu des discours politiques et médicaux véhiculés sur le pluralisme en santé et les médecines alternatives et complémentaires (MAC).
  • Analyser les pratiques de pluralisme en santé, leur évolution selon les communautés et les individus, et identifier les facteurs qui interviennent dans leur existence ou leur non-existence.
  • Examiner et traduire les rapports, les tensions et les négociations, entre discours et pratiques, entre pouvoirs et savoirs et leur incidence sur des processus d'hybridation.

L'objectif principal de la titulaire est d'aider à mieux comprendre l'évolution des sociétés modernes et des repères en santé depuis l'avènement de la médecine dite scientifique. L'évolution de ces repères auprès des sociétés métissées, où la santé des immigrants, comme l'engouement pour les MAC, fait l'objet de préoccupations grandissantes. 

EN SAVOIR PLUS

Chaire de recherche du Canada en histoire de l’Amérique latine

Titulaire : Cynthia Milton

Le programme de recherche de cette chaire s’intitule « Écrire l'histoire après une période de violence : dire la vérité en Amériques ». Il étudie le phénomène récent de la prolifération des commissions pour la vérité. Il cherche aussi à savoir comment ces lieux de mémoire nous aident à mieux comprendre la violence du passé. Ce projet propose également l'étude d'autres lieux de mémoire et d'autres façons de parler du passé n'appartenant pas à la méthodologie et aux sources traditionnelles.

Ce projet contribuera à l'analyse transversale de la mémoire, de la violence et de la vérité. L'ambition de ce programme est de traverser les frontières disciplinaires et régionales en :

  • établissant un centre de recherche à l'UdeM;
  • établissant un réseau d'études sur l'Amérique latine;
  • encourageant les études comparatives au Département d'histoire.

EN SAVOIR PLUS >

Chaire de la Fondation J.W. McConnell en études américaines

Titulaire : Baris Kaymak, Département de sciences économiques
Cotitulaire : Michael Huberman, Département d’histoire

La Chaire de la Fondation J.W. McConnell en études américaines se consacre à la recherche, à la formation, à la diffusion et au rayonnement de l'histoire internationale des États-Unis d'Amérique.

Elle favorise l'établissement de liens entre les chercheurs et les étudiants qui examinent l'internationalisation de l'histoire américaine au sens large. La Chaire collabore avec plusieurs regroupements de chercheurs et d'historiens, dont le Centre d'études et de recherches internationales de l'UdeM (CÉRIUM) et le Groupe d'histoire de l'Atlantique français.

Elle met aussi en relation les 4 universités montréalaises ainsi que le Réseau pour le développement européen de l'histoire de la jeune Amérique, 1605-1865 (ReDEHJA). Situé à Paris, celui-ci regroupe les chercheurs de plusieurs universités françaises.

La Chaire établit l'Université de Montréal comme l'un des pôles les plus importants de l'histoire internationale des États-Unis dans le monde, et plus particulièrement dans la francophonie.

EN SAVOIR PLUS

 

 

Groupes

Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés de l’Occident médiéval et moderne

Le programme du Groupe porte sur les fondements du lien social et politique durant la longue période de réorganisation de la société occidentale, depuis la fragmentation féodale des pouvoirs (11e siècle) jusqu’à la consolidation définitive de l’État moderne (18e siècle).

L’hypothèse centrale est la suivante : le lien social médiéval et moderne, jusqu’au 18e siècle au moins, se construit sur l’interaction complexe et mouvante d’un grand nombre de réseaux d’appartenance concurrents. Ils tendent à la fois à construire et à occuper des espaces singuliers, et à créer des représentations identitaires qui à leur tour déterminent l’ordre social et les rapports de pouvoirs. Cette hypothèse paraît vérifiable pour l’ensemble de l’espace-temps délimité par le Groupe.

Cette programmation répond à un besoin social pressant dans un contexte de mondialisation et de redéfinition des pouvoirs. Elle veut, en outre, assurer des conditions adéquates de fonctionnement à des professeurs et étudiants qui se consacrent à une recherche fondamentale dans des champs de spécialisation où les exigences de formation de base sont très élevées.

EN SAVOIR PLUS >

Modéliser le changement : les voies du français

Ce Grand projet de recherche concertée (GTRC) du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) porte sur l’histoire de la langue française, partant du français du Canada à l’époque de la Nouvelle-France et remontant à ses origines, au Moyen Âge. La langue jouit d’une grande force identitaire, à la fois source de rassemblement et de distinction. Ce projet porte sur l’émergence d’identités linguistiques et les changements importants qui ont modifié le visage du français, par les relations avec d’autres langues et dialectes.

Le projet vise à construire un corpus représentatif de la société française : du Moyen Âge au 17e siècle, pour le français d’Europe, et du début de la colonisation française jusqu’à la Conquête, pour la Nouvelle-France.

Il cherche aussi à comprendre l’origine de la dynamique qui a implanté la langue française au Canada et qui a servi de moteur à son évolution.

EN SAVOIR PLUS >

Groupement interuniversitaire pour l'histoire des relations internationales contemporaines (GIHRIC)

Le GIHRIC constitue un lieu de réflexion, un forum d’échange, un centre de liaison et un cadre de travail commun pour le développement et la promotion de l’histoire des relations internationales (HRI). Il invite des conférenciers et organise des rencontres sur l’HRI dans les universités affiliées à ses membres.

À cette fin, il s’associe aux départements, facultés, instituts, centres et groupes universitaires susceptibles de l’aider à atteindre ses objectifs.

À propos de l’HRI

L’histoire des relations internationales est une thématique spécifique qui focalise sur les dimensions historique et internationale des phénomènes, qu’ils soient collectifs ou individuels, bilatéraux ou multilatéraux, de courte ou de longue durée.

Elle est de haut lignage : l’histoire diplomatique, celle des traités et échanges entre chefs d’État, a longtemps été le contenu principal de l’étude de l’histoire. Depuis le début du 20e siècle s’opèrent une transformation, un élargissement et un approfondissement qui ont abouti à l’histoire des relations internationales.

L’HRI englobe l’histoire de toutes les formes de relations internationales entre individus, groupes, États et sociétés. Elle les examine et explique dans leurs multiples rapports et leur présence dans la collectivité, sous ses aspects politiques, économiques, sociaux, culturels, idéologiques, intellectuels, scientifiques, religieux, militaires, institutionnels, etc.

Champ de l’histoire, l’HRI demeure attentive aux développements pertinents des autres disciplines. Elle se prête avantageusement aux collaborations. Coordonnateur du GIHRIC : Samir Saul

Les membres du GIHRIC

Université de Montréal

Carl Bouchard
Michael Jabara Carley
Paul Létourneau
David Meren
Yakov Rabkin
Samir Saul

UQAM

Andrew Barros
Christopher Goscha

McGill

Lorentz Lüthi

Concordia

Norman Ingram

École nationale d'administration publique (ENAP)

Stéphane Paquin

Université Laval

Talbot Imlay
Renéo Lukic

Université de Sherbrooke

Patrick Dramé

Université du Québec en Outaouais (UQO)

Martin Laberge

Collège militaire royal de Kingston

Magali Deleuze
Benoît Lemay

Consultez l'historique des activités du GIHRIC depuis sa formation, en 2004.

Groupe d'histoire de l'Atlantique français (GHAF)

Établi à Montréal depuis sa création en 2005, le Groupe rassemble des chercheurs intéressés à la dimension francophone de l'époque moderne du monde atlantique (env. 1500-1830). Le GHAF organise des séminaires, des ateliers, des conférences et des séries de visites de conférenciers.

Il contribue à établir un environnement intellectuel stimulant pour les étudiants de 2e et 3e cycles d’un programme dans le domaine du monde atlantique français offert à l’un des 4 départements d'histoire participant au programme.

EN SAVOIR PLUS >

Interactions avec l'imprimé

Groupe de recherche interdisciplinaire et interinstitutionnel qui se consacre à l'étude de la culture de l'imprimé en Europe entre 1700 et 1900.

Depuis 2005, le groupe a développé et continue d'élaborer une approche innovatrice pour l'étude de la culture de l'imprimé, en se basant sur le concept d'interactivité. Il cherche à comprendre comment les gens interagissaient avec l'imprimé, comment ils utilisaient les médias imprimés pour interagir entre eux, et comment les images et les textes imprimés interagissaient à l'intérieur d'environnements médiatiques complexes.

EN SAVOIR PLUS