Passer au contenu

/ Département d'histoire

Rechercher

Dyala Hamzah

Vcard

Professeure adjointe

Faculté des arts et des sciences - Département d'histoire

Pavillon Lionel-Groulx local C6110

dyala.hamzah@umontreal.ca

514 343-6111 #42720

Télécopieur : 514 343-2483

Programmes d’enseignement

  • Baccalauréat en histoire – Sciences humaines
  • Majeure en histoire – Sciences humaines
  • Mineure en histoire – Sciences humaines

Cours donnés

  • HST1070 Introduction aux mondes de l'islam

Unités de recherche

  • Centre d'études et de recherches internationales

Activités Tout déplier Tout replier

Thèses et mémoires dirigés

Doctorat:

  1. Brahim Kerroumi, « Histoire de la sainteté au Touat (sahara algérien) - XVIe-XVIIIe s.»

 Maîtrises:

  1. Charles-André Blain, « Question de sources: les voyageurs européens du 18e s. en Syrie et en Egypte ottomanes et leurs sources d'information sur les janissaires »
  2. Mathilde Germond, « La Grande révolte arabe de 1936-39 et les plans de partage de la Palestine de 1937 et 1947, à travers la presse d'opinion arabe, francophone et anglophone».
  3. Jacques Dehouck, « Martin Bertrand, de l’Afrique du Nord à l’Indochine. Micro-histoire d'un sous-officier dans un régiment de tirailleurs marocains. 1943-1951 ».
Questions de sources : les janissaires ottomans dans les récits de voyage européens au XVIIIe siècle Thèses et mémoires dirigés / 2018 - 2018
Diplômé(e) : Blain, Charles-André
Cycle : Maîtrise
Diplôme obtenu : M.A.

Expertises

Mes intérêts de recherche portent sur l’émergence d’un espace public « transnational » pendant la Renaissance arabe et les enjeux de l’instruction et de la citoyenneté aux époques coloniale et post-coloniale. Je m’intéresse au rôle central de la presse, des associations et des professions, ainsi qu’aux effets du pluralisme juridique dans le contexte des réformes centralisatrices de l’Empire ottoman pendant le long XIXe siècle. Partant, je m’attache à suivre l’ascendance d’une classe moyenne qui promeut ou conteste les idéologies de l’heure (ottomanisme, panislamisme, panarabisme, etc.) en les arrimant à certaines institutions et en en désarticulant d’autres, ce qui me permet de comprendre autrement que sur le seul mode national le devenir post-impérial et postcolonial des provinces ottomanes arabes.

Les dynamiques de dominations et de résistances dans le monde arabe contemporain, constituent donc un prolongement de ma recherche. Elles sont aussi au cœur de mon enseignement. « L’État-nation », de sa construction sous tutelle coloniale à sa consolidation autocratique, fut conçu, appréhendé et subi fort différemment par divers groupes. Véritable lieu de réfraction des discours féministe, nationaliste, islamiste et gauchiste, ses déficiences structurelles comme son efficace sont à lire au prisme de cet espace public transnational qui paradoxalement le précède et qu’il n’a jamais su subsumer.

Mon travail porte enfin sur le processus de démocratisation du champ d’expertise islamique au XXe siècle. Je m’intéresse en particulier aux legs et usages de l’historiographie, de la philosophie, et du droit islamiques à l’époque contemporaine, notamment dans les discours nationaliste et islamiste. Corollairement, je m’attache à l’évolution institutionnelle et curriculaire des mosquées–universités tels al-Azhar, al-Zaytuna, al-Qarawiyyin, du XVIIIe siècle jusqu’à leur nationalisation dans les années soixante du XXsiècle.

Media

Planète Terre - 8 mars - Syrie: les défis de la reconstruction

Après cinq ans de conflit, un cessez-le-feu extrêmement fragile est finalement entré en vigueur fin février en Syrie. S’il devait tenir, la reconstruction du pays représentera alors un défi colossal. Éclairage. Invitées : - Dyala Hamzah, professeure d’histoire à l’Université de Montréal, membre au CÉRIUM - Marie-Joëlle Zahar, professeure de science politique à l’Université de Montréal, membre du CÉRIUM

Consultez cette fiche sur :