Passer au contenu

/ Département d'histoire

Je donne

Rechercher

Experts en : 18e siècle

Arsenault, Mathieu

ARSENAULT, Mathieu

Professeur adjoint

Spécialiste de l’histoire québécoise et canadienne aux 19e et 20e siècles, mes recherches portent sur l’activisme politique autochtone, les relations avec l’État et la construction de l’État colonial en Amérique du Nord britannique au milieu du 19e siècle. Je m’intéresse particulièrement au rôle de la Couronne et aux dynamiques centre/périphérie dans l’étude des pratiques discursives, des pétitions et autres échanges épistolaires entre les communautés autochtones et les centres administratifs du pouvoir colonial et transatlantique. 

Mes recherches actuelles portent sur le rapport au territoire et la transformation de l’architecture résidentielle au sein des communautés autochtones du Québec, de l’Ontario et des Maritimes dans les années 1800 à 1880. Étudiant la participation des Premières Nations à l’établissement de noyaux villageois sur des terres leur étant réservées avant la « création » législative des réserves indiennes dans les années 1850, ces recherches apportent de nouvelles perspectives quant au rôle du Département des Affaires indiennes et des acteurs autochtones dans la mise en place d’expérimentations sociales sous la forme de « villages modèles » dans les années 1820-1840. Elles explorent ainsi l’émergence de nouvelles formes d’architecture résidentielle encouragées, conçues ou développées par l’État et par les Premières Nations, afin de redéfinir la participation autochtone à l’économie coloniale et de remodeler le rapport de ces communautés avec le territoire. 

Je m’intéresse également à l’écriture politique des femmes autochtones aux 18e et 19e siècles – en particulier les veuves –, à l’histoire de la santé, de la vaccination et des rapports entre les médecins et les communautés autochtones en périphérie de l’espace colonial dans la seconde moitié du 19e siècle, de même qu’à l’historiographie et à la philosophie de l’histoire.  

Lire plus…

Profil complet

DALTON, Susan

Professeure agrégée

Dans la foulée de mes travaux en histoire des femmes au 18e siècle, je me suis intéressée aux questions théoriques concernant le genre et particulièrement à la relation entre les sphères publique et privée à cette époque.  En me penchant sur la sociabilité des salonnières en France et en Vénétie, je me suis aperçue qu’une telle distinction était difficile à maintenir en réalité. 

Mon projet de recherche actuel porte sur les salonnières vénitiennes (telles que Giustina Renier Michiel et Isabella Teotochi Albrizzi) et les hommes qu’elles fréquentaient (tels que Ugo Foscolo, Ippolito Pindemonte et Melchiorre Cesarotti), à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle.  

J’affirme notamment que ces salonnières se sont basées sur le rôle qu’elles jouaient au sein des salons littéraires pour se proposer comme intermédiaires culturelles dans leurs publications, en simplifiant les écrits érudits des hommes de lettres de leur entourage, les rendant ainsi accessibles à un plus large public. Je suis également membre de l’équipe de recherche Interargir avec l'imprimé.

Lire plus…

Profil complet

DESSUREAULT, Christian

Professeur honoraire

J’ai d’abord consacré les premières années de ma carrière à des études sur le régime seigneurial canadien, sur l’économie rurale, sur la vie matérielle des paysans, sur les structures sociales, sur la famille et les réseaux de parenté dans le monde rural québécois des 18e et 19e siècles. Depuis quelques années, je poursuis en collaboration avec d’autres chercheurs des recherches sur les institutions locales dont les fabriques paroissiales, les milices sédentaires, les syndics scolaires afin de mieux comprendre les modalités de recrutement et de renouvellement des élites dans les campagnes du Québec précapitaliste.

Lire plus…

Profil complet

Dewar, Helen

DEWAR, Helen

Professeure adjointe

Je suis historienne de la Nouvelle France et du monde atlantique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Je m’intéresse tout particulièrement aux liens entre la formation de l’Etat et la construction des Empires, le développement des institutions capitalistes à grande échelle et l’histoire juridique de la colonisation. Découlant à la fois des historiographies américaines anglophone et francophone, ma recherche vise à recentrer l’histoire de l’Amérique du Nord français dans le cadre transnational du monde atlantique afin de mieux comprendre le processus de construction d’un Empire durant la période moderne.  

Je travaille actuellement sur un manuscrit intitulé Contested Delegations: Subjects, Sovereignty and Law in the French Atlantic, 1598-1663, qui porte sur les prétentions judiciaires françaises en Amérique du Nord, telles qu’elles étaient faites à travers les compagnies de commerce et les propriétaires individuels dans la première moitié du XVIIe siècle. A travers des procès civils concernant pouvoirs et privilèges en Nouvelle France qui se sont déroulés en France pendant les trois premières décennies du dix-septième siècle, j’analyse les stratégies employées par plusieurs groupes concernés dans le projet colonial, tels que les marchands associés, les missionnaires, et les lieutenants du roi et du vice-roi.  Mon travail met en cause la dichotomie entre l’espace colonial et l’espace métropolitain en démontrant les relations dialectiques entre la construction de la souveraineté outre-mer et la centralisation du pouvoir en France.   

Découlant de mon manuscrit en cours, mon projet actuel vise à mieux comprendre l’histoire de l’établissement de l’administration royale en Nouvelle France en 1663 en adoptant une perspective comparée.  Le projet élargit les repères géographiques traditionnels de cette histoire, mettant en perspective ce moment décisif dans l’histoire de la Compagnie des Indes Occidentales, dont les pouvoirs commerciaux, seigneuriaux et gouvernementaux s’étendaient non seulement en Nouvelle France mais aussi aux Antilles et sur la côte d’Afrique occidentale.

Lire plus…

Profil complet

Hamzah, Dyala

HAMZAH, Dyala

Professeure agrégée

Mes intérêts de recherche portent sur l’émergence d’un espace public « transnational » pendant la Renaissance arabe et les enjeux de l’instruction et de la citoyenneté aux époques coloniale et post-coloniale. Je m’intéresse au rôle central de la presse, des associations et des professions, ainsi qu’aux effets du pluralisme juridique dans le contexte des réformes centralisatrices de l’Empire ottoman pendant le long XIXe siècle. Partant, je m’attache à suivre l’ascendance d’une classe moyenne qui promeut ou conteste les idéologies de l’heure (ottomanisme, panislamisme, panarabisme, etc.) en les arrimant à certaines institutions et en en désarticulant d’autres, ce qui me permet de comprendre autrement que sur le seul mode national le devenir post-impérial et postcolonial des provinces ottomanes arabes.

Les dynamiques de dominations et de résistances dans le monde arabe contemporain, constituent donc un prolongement de ma recherche. Elles sont aussi au cœur de mon enseignement. « L’État-nation », de sa construction sous tutelle coloniale à sa consolidation autocratique, fut conçu, appréhendé et subi fort différemment par divers groupes. Véritable lieu de réfraction des discours féministe, nationaliste, islamiste et gauchiste, ses déficiences structurelles comme son efficace sont à lire au prisme de cet espace public transnational qui paradoxalement le précède et qu’il n’a jamais su subsumer.

Mon travail porte enfin sur le processus de démocratisation du champ d’expertise islamique au XXe siècle. Je m’intéresse en particulier aux legs et usages de l’historiographie, de la philosophie, et du droit islamiques à l’époque contemporaine, notamment dans les discours nationaliste et islamiste. Corollairement, je m’attache à l’évolution institutionnelle et curriculaire des mosquées–universités tels al-Azhar, al-Zaytuna, al-Qarawiyyin, du XVIIIe siècle jusqu’à leur nationalisation dans les années soixante du XXsiècle.

Lire plus…

Profil complet

Hubert, Ollivier

HUBERT, Ollivier

Professeur titulaire

Ollivier Hubert est professeur titulaire d'histoire à l'Université de Montréal, spécialisé en histoire culturelle du Québec et du Canada français. Il est aussi chercheur au Centre interuniversitaire d’études québécoises et au Centre d’histoire des régulations sociales. Au cours des 25 dernières années, il a publié des recherches en histoire religieuse et en histoire de l’éducation. Il travaille à présent sur la violence au 18e siècle et sur le colonialisme d’implantation au Canada français au 19e siècle.

Lire plus…

Profil complet

KEEL, Othmar

Professeur honoraire

Othmar Keel, professeur honoraire au Département d’histoire de l’Université de Montréal, est spécialiste du champ de l’histoire de la médecine et de la santé. Il est l’auteur de nombreuses publications dans ce domaine, dont L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815 (PUM/Georg Éditeur, 2001) et La santé publique au Québec (PUM, 1998, en collaboration avec Georges Desrosiers et Benoît Gaumer).

Lire plus…

Profil complet

Milton, Cynthia E.

MILTON, Cynthia E.

Professeure titulaire

Cynthia E. Milton travaille sur l’histoire de la région andine, particulièrement sur les représentations historiques de la violence durant la période contemporaine du Pérou, ainsi que sur les perceptions de la pauvreté en Équateur à l’époque coloniale.

Ses recherches actuelles portent sur l’art produit à la suite d’une période de violence. Elle est présentement titulaire d’une bourse de recherche d’Alexander Von Humboldt (2011-2014) destinée aux chercheurs expérimentés, professeure associée et titulaire de la Chaire de recherche du Canada au département d’histoire de l’Université de Montréal.

Lire plus…

Profil complet