Passer au contenu

/ Département d'histoire

Je donne

Rechercher

Experts en : Historiographie

Arsenault, Mathieu

ARSENAULT, Mathieu

Professeur adjoint

Spécialiste de l’histoire québécoise et canadienne aux 19e et 20e siècles, mes recherches portent sur l’activisme politique autochtone, les relations avec l’État et la construction de l’État colonial en Amérique du Nord britannique au milieu du 19e siècle. Je m’intéresse particulièrement au rôle de la Couronne et aux dynamiques centre/périphérie dans l’étude des pratiques discursives, des pétitions et autres échanges épistolaires entre les communautés autochtones et les centres administratifs du pouvoir colonial et transatlantique. 

Mes recherches actuelles portent sur le rapport au territoire et la transformation de l’architecture résidentielle au sein des communautés autochtones du Québec, de l’Ontario et des Maritimes dans les années 1800 à 1880. Étudiant la participation des Premières Nations à l’établissement de noyaux villageois sur des terres leur étant réservées avant la « création » législative des réserves indiennes dans les années 1850, ces recherches apportent de nouvelles perspectives quant au rôle du Département des Affaires indiennes et des acteurs autochtones dans la mise en place d’expérimentations sociales sous la forme de « villages modèles » dans les années 1820-1840. Elles explorent ainsi l’émergence de nouvelles formes d’architecture résidentielle encouragées, conçues ou développées par l’État et par les Premières Nations, afin de redéfinir la participation autochtone à l’économie coloniale et de remodeler le rapport de ces communautés avec le territoire. 

Je m’intéresse également à l’écriture politique des femmes autochtones aux 18e et 19e siècles – en particulier les veuves –, à l’histoire de la santé, de la vaccination et des rapports entre les médecins et les communautés autochtones en périphérie de l’espace colonial dans la seconde moitié du 19e siècle, de même qu’à l’historiographie et à la philosophie de l’histoire.  

Lire plus…

Profil complet

Dagenais, Michèle

DAGENAIS, Michèle

Professeure titulaire

Les villes constituent mon principal objet de recherche que j’examine à travers l’histoire de leur mise en forme concrète et symbolique. Je cherche à montrer que le travail entourant l’organisation physique des villes façonne la manière dont elles sont gouvernées et contribue à la structuration des rapports sociaux et politiques à cette échelle. Cette façon de concevoir l’histoire des villes comme produit de composantes matérielles et sociales interreliées a donné lieu à la publication de travaux sur le développement des espaces publics de culture et de loisirs à Montréal et Toronto aux 19e et 20e siècles, et sur la structuration du domaine municipal par le truchement des réseaux d’eau potable et d’eaux usées. Récemment, j’ai publié une monographie sur la transformation des rapports entre Montréal et l’eau en cherchant à reconstituer le rôle de l’eau et de ses transformations successives dans le processus d’urbanisation de cette ville depuis le début du 20e siècle. Depuis, je poursuis mes travaux sur les transformations environnementales de la vallée laurentienne dans le contexte du commerce impérial britannique.

Je m’intéresse aussi aux enjeux liés à l’écriture et aux usages publics de l’histoire, sur le plan théorique et pratique. J’ai participé à divers débats et réflexions sur l’enseignement de l’histoire. De même, il m’arrive de collaborer à l’élaboration d’expositions ou à la production de documents historiques destinés à divers publics.

Lire plus…

Profil complet

Genequand, Philippe

GENEQUAND, Philippe

Professeur agrégé

Mes travaux ont initialement porté sur la cour pontificale à la fin du 14e siècle. J’ai mis en évidence les structures gouvernementales et les filières de carrière et de promotion qui y avaient cours en étudiant non les ordonnances mais les parcours individuels (prosopographie) en exploitant essentiellement les documents de la pratique (comptes, lettres, quittances, suppliques, etc.). Actuellement, l’évolution des systèmes de gouvernement vers la modernité m’intéresse tout particulièrement pour son volet gracieux. Il me semble que l’exemple le plus significatif de l’usage politique de la grâce doit être recherché du côté du tribunal pontifical chargé de son administration – la Pénitencerie apostolique – dont les archives ont été récemment mises à la disposition des chercheurs par le pape Jean-Paul II.

D’autres recherches récentes m’amènent à réfléchir à la réception du Moyen Âge dans nos sociétés contemporaines, à travers le cinéma, le jeu vidéo, les jeux de simulation. Quel Moyen Âge explorons-nous alors ? Quelles sont les liens entre les mondes imaginaires de l’industrie des loisirs et l’histoire ? Dès lors, il convient de réfléchir au legs réel de cette période pour la modernité que nous vivons et à ses apports structurels (modes de représentation, assemblées populaires, modes de gouvernement), intellectuels (universités, structuration des sciences, (in)différenciation des disciplines) et sociaux (relations entre les genres, ordres et égalité, rapport à la richesse).

Par ailleurs, je travaille actuellement, seul ou en collaboration, sur trois principaux projets de livres :

  1. Moyen Âge et mathématiques : le cas des propositiones ad acuendos juvenes d’Alcuin (9e s.).
  2. Démilitarisation du clergé médiéval après la réforme grégorienne (11e-15e s.) et stratégies de distinction mises en place par l’Église pour protéger les siens (coups et blessures sur des ecclésiastiques). On touche ici à la question de la punition (pénitence) et du pardon, centrale pour l’intériorisation des normes chrétiennes, profondément structurantes au Moyen Âge.
  3. Anthropologie de l’animalité au Moyen Âge et durant l’époque moderne à travers les procès faits aux animaux coupables de crimes (13e-17e s.) dans le cadre d’un grand projet de recherche consacré aux liens, réels et symboliques, entre l’humain et l’animal, du Moyen Âge au mouvement antispéciste.
Lire plus…

Profil complet

Raschle, Christian

RASCHLE, Christian

Professeur agrégé

J’enseigne l’histoire romaine, les sciences dites auxiliaires (épigraphie, numismatique et littérature) et les cours de latin au niveau avancé au sein du Centre d’études classiques (détaché à 50%) et au Département d’histoire. Mon champ de recherche principal porte sur l’histoire de l’empire romain, en particuliers la période de l’empire tardif ( 192-565). J’y diviserai mes activités de recherche en trois catégories.

  1. Mon intérêt principal porte sur l’histoire de l’administration et du système politique de l’empire romain, notamment la réorganisation des provinces de l’empire romain tardif .
  2. Je consacre un deuxième volet de mes recherches à des thèmes d’histoire culturelle et des mentalités sous l’empire romain tardif. Cet intérêt découle directement de mon intérêt principal, parce que j’ai été souvent confronté à des sources littéraires pour l’histoire administrative de l’empire, dont il fallait tout d’abord comprendre l’arrière-plan culturel pour mieux saisir les opinions exprimées face aux changements administratifs. Mon intérêt  dans ces recherches porte particulièrement sur les auteurs latins et grecs qui s’expriment sur des faits politiques sans qu’ils soient classifiés dans la catégorie “historiographie”, tels que les sermons prononcés par les pères de l’Église Ambroise et Jean Chrysostome, les discours panégyriques de Thémistios, ou la poésie épique.
  3. Le troisième volet est dédié à l’histoire des sciences de l’Antiquité et des thèmes historiographiques liés à elles soit à des personnages de l’Antiquité (Constantin le Grand) ou des écrits des auteurs anciens (Tite-Live et Ammien Marcellin).

Mes étudiants au niveau de M.A. et de Ph.D. se sont dédiés pour la plupart aux deux premiers champs de recherche, mais pas exclusivement. Peu importe le sujet de recherche, je préconise une bonne formation dans les langues anciennes (latin et grec), les langues modernes (anglais, allemand, italien et espagnol selon le sujet) et dans les sciences dites auxiliaires (littérature, épigraphie et numismatique) comme éléments clés pour une réussite de toute sorte de recherche avancée.

Lire plus…

Profil complet

Wien, Thomas

WIEN, Thomas

Professeur agrégé

Mes recherches portent sur l’histoire de la Nouvelle-France, en long et en large, et sur ses prolongements européens. Je m’intéresse aux circulations de toute sorte (personnes, biens, savoirs, informations) entre l'Amérique amérindienne et française, et l'Europe occidentale et centrale (1660-1800). Je poursuis mes travaux sur le circuit commercial des fourrures nord-américaines, dans un espace finalement hémisphérique s'étendant du pays amérindien vers l'est, jusqu'aux confins de l'Asie.

Une projet sur la circulation des savoirs vise l'histoire naturelle comme dispositif d'appropriation, pour l'instant à travers les travaux de Jean-François Gaultier (1708-1756), médecin du roi à Québec et correspondant de l’Académie royale des sciences.

J’explore aussi le domaine de l'historiographie et des mémoires populaires, et notamment, la trajectoire posthume du Régime français au Canada, depuis la Conquête de 1759.

Lire plus…

Profil complet